P'tit monstre

P'tit monstre

P'tit monstre de Zarca

Plus de détails

prix total

15,00 € incl. tax

Disponible

Le 2 août 1993, Eric Smith, alors âgé de 13 ans, parvint à isoler un garçonnet de 4 ans, Derrick Robie, dans un bois. Après l’avoir étranglé et frappé au visage avec des pierres, il lui fit subir de multiples sévices, parfois sexuels. Eric avoua son meurtre quelques jours après l’enterrement de sa victime.

 

Depuis tout jeune, Graham Young voue une fascination pour le poison, ses modèles s’appellent Dr. Hawley Crippen, William Palmer ou encore Adolf Hitler. Très tôt, Graham se met à expérimenter ses poisons sur sa propre famille. Les Young sont victimes de vomissements et de diarrhées constantes jusqu’à ce que la belle-mère de Graham ne meure, en 1962. Graham n’a alors que 14 ans. Incarcéré à l’hôpital de Broadmoor, Graham empoisonne deux autres détenus. Libéré à 23 ans, Graham empoisonnera ensuite deux collègues de travail et finira ses jours en prison.

 

La mère de James Bulger ne se doutait pas qu’en laissant son fils de trois ans devant le boucher pendant quelques minutes, elle venait de le condamner. Jon Venables et Robert Thompson, tous deux âgés de 10 ans, avaient un objectif très simple. Ils voulaient isoler l’enfant afin qu’il se fasse renverser par un véhicule. Pendant leur marche de plus de 3 km, ils malmenèrent James en le frappant et en le faisant tomber sur la tête. Arrivés sur une voie ferrée, ils lui jetèrent de la peinture dans les yeux avant de le lapider et de le frapper à coup de briques et de barres de fer. Avant de partir, ils placèrent son corps sur les rails et le recouvrirent partiellement de briques. D’après les médecins légistes, le petit Jamie était mort avant que le train ne le percute. Arrêtés et condamnés, les deux enfants tueurs furent libérés après huit ans d’incarcération avec de nouvelles identités demeurées secrètes.

 

En 1968, à la veille de ses 11 ans, Mary Bell étrangle le petit Martin Brown, 4 ans, dans une maison abandonnée. Quelques jours après, accompagnée d’une de ses amies, elle rentre par effraction dans un orphelinat et saccage l’endroit. On y retrouvera des mots où elle avouait ses crimes, mais les policiers pensèrent qu’il s’agissait d’une farce de mauvais goût. En juillet de la même année, les deux fillettes kidnappèrent Brian Howe, un garçonnet de 3 ans, avant de le tuer dans une friche avoisinante. Le garçon fut étranglé avant que Mary ne grave un M sur son ventre à l’aide d’une lame de rasoir. La fillette en a profité pour couper quelques cheveux de sa victime, lui lacérer les jambes et mutiler son sexe.

  

Inspiré de ces faits divers, P’tit Monstre est l’histoire d’un autre enfant psychopathe. Dans ce roman noir, Kevin, 11 ans, raconte sa vie au quotidien à Bry-sur-Marne. Il semble être un garçon assez normal, il aime les jeux vidéo et les bonbecs, il est capricieux et colérique. Et comme la plupart des enfants de sa génération, il a accès au téléphone portable et Internet. Il se découvre ainsi une fascination pour les vidéos et les photos gores, ainsi que pour les films pornos les plus extrêmes et la barbarie de Daesh. 

Surtout, malgré son âge, Kevin est marqué par un manque total d’empathie et une pulsion meurtrière incontrôlable. Il aime torturer les animaux, agresse les plus faibles – jeunes enfants, camarades de classe, personnes âgées, clochards du parc – voit des ombres la nuit, vole, ment et manipule. Kevin entre tout juste en sixième et très vite, sème le chaos autour de lui, dans son collège, dans son quartier et dans sa propre famille où sa mère, dépressive et alcoolique, tente tant bien que mal d’élever seule ses enfants. Au point qu’on en vient vite à se demander s’il n’est pas responsable de la mort de ce garçon, retrouvé mort dans les bois quelques mois auparavant, le crâne explosé à coups de marteau.

 

Dans ce roman âpre, à l’écriture crue et sans fioriture, Zarca frappe un grand coup. Par la force et l’acuité de ses personnages, par le rythme effréné de l’histoire et aussi par l’actualité des thèmes soulevés, notamment les difficultés auxquelles peuvent être confrontées les familles monoparentales, l’omniprésence de la violence dans la vie des enfants et son influence sur leurs comportements. Ce roman dérangeant ne peut laisser personne indifférent. À vous de juger.   

 

Repéré grâce à son blog « Le Mec de l’Underground », Johann Zarca, alias Zarca, publie aux éditions Don Quichotte ses deux premiers romans, Le Boss de Boulogne en 2014 et Phi Prob en 2015, tous deux salués par la critique (voir revue de presse ci-joint). Dans ses textes, l’auteur expérimente une littérature radicale, marquée par un style oral. P’tit Monstre est son troisième roman.

 

159 pages, 14 X 19 / ISBN 978-2-35461-117-0 / 15 €

Rayons